36 heures à Copenhague

Je profite du confinement #StayAtHome (si vous le pouvez) pour faire mon come back par ici. Cela fait un moment que cet article était perdu dans les méandres de mes brouillons, il est temps que je vous parle de mon solo trip à Copenhague !

En février 2018, j’ai reçu le meilleur cadeau d’anniversaire du monde mondial : un pass Interrail (enfin une cagnotte pour me l’offrir). Je pouvais enfin faire ce « train-trip » en Europe dont j’ai toujours rêvé en mode back packeuse solo (ou comment rayer 3 choses de ma bucket list en un voyage ! ).

J’avais choisi Copenhague comme point de départ de cette aventure, LA destination idéale pour un week-end. C’est une ville à la fois historique et branchée, regorgeant de choses fantastiques à voir, à faire et à manger ! Mais la vie en a décidé autrement et j’ai dû tout annuler du jour au lendemain en perdant au passage mon pass interail et mon billet d’avion pour Copenhague, vive les petits prix et les tarifs non échangeable/non remboursable (le moins cher coûte cher ! ).

Un an plus tard, réveillée en pleine nuit par une alerte google flight, je décide sur un coup de tête (ça faisait quand même un petit moment que Copenhague me hantait) de faire mon sac et d’aller à l’aéroport à 4h du mat’.

Hasard du calendrier : je me suis retrouvée à Copenhague à la date à laquelle j’aurai dû partir l’année précédente !

On dort où à Copenhague ?

La première chose à savoir c’est que Copenhague c’est cher ! Il s’agit d’une des capitales les plus chers d’Europe, le coût de la vie y est très élevé. Le combo début de l’été donc de la haute saison + départ en dernière minute + ma petite poche m’ont conduit vers une solution que je boudais depuis quelque temps : l’auberge de jeunesse comme à l’époque de la vie étudiante ! J’arrive souvent à trouver des pépites pas cher en dernière minute (Merci Very Last Room et Hotel To night) mais cette fois ci même les hôtels les plus basiques étaient hors de prix (compter 150€ minimum pour une nuit) et j’avais la flemme de chercher un Airbnb !

J’ai donc séjourné au Steel house Copenhagen, une auberge de jeunesse « luxueuse » située dans le centre de Copenhague, à proximité des jardins du Tivoli. Cette auberge propose plusieurs activités telles que le footing matinal, des cours de yoga ou des visites à pied de la ville.

J’y suis allée à reculons mais j’ai passé un bon séjour, la chambre était propre et le lit hyper confortable ! J’ai aimé la déco style industrielle et la soirée music live au bar de l’auberge.

Dans mes recherches, j’avais également sélectionné l’hôtel Wakeup Copenhagen Borgergade mais celui n’avait plus de chambres disponibles. C’est un hôtel économique et moderne au design tendance situé dans le centre de Copenhague.

On visite quoi à Copenhague ?

Je vais commencer à croire que je suis malchanceuse ! Comme lors de mon weekend à Prague la météo n’a vraiment pas été clémente. Pluie et orage le samedi et grand soleil le dimanche alors que je partais en début d’après midi.

Tous mes amis savent que j’aime un peu trop marcher, je suis le genre d’amis qui vous dit qu’on peut faire le trajet à pied parce que c’est « pas loin » même quand il y a plus de 30 minutes de marche. J’ai donc pris plaisir à découvrir Copenhague à pied, le coté « compact » de cette ville s’y prêtait bien !

Jour 1

J’ai commencé ma visite par le quartier le plus improbable de Copenhague :  Christiania, une véritable ville dans la ville, Il s’agit d’un quartier autoproclamé « ville libre » fondé en 1971 par un couple de hippies sur le terrain d’une caserne désaffectée.
Christiania possède sa propre monnaie, son drapeau et ses propres lois. Ce quartier est une attraction de Copenhague, vous pouvez y acheter de la drogue bien que ce soit interdit au Danemark, l’odeur de Weed qui flotte dans le quartier vous guidera.
Il y  a 3 règles essentielles à respecter si vous voulez visiter Chrisitiana : ne pas prendre de photos, ne pas utiliser son smartphone et ne pas courir.

J’ai continué ma visite sur l’île de Christianshavn, une zone historique qui dispose d’un charmant canal bordé de petits bateaux avant de rejoindre le célèbre paysage de carte postale : le port de Nyhavn avec ses maisons colorées.

weekend-copenhague_(158)[1]Processed with VSCO with g3 presetIMG_20190615_195735_758[1]

Une fois ma photo de touriste prise, je me suis dirigée vers le palais de Amalienborg, la résidence d’hiver de la famille royale. Timing parfait, je suis arrivée pile à l’heure pour assister à la relève de la garde.

Puis retour vers Nyhavn pour embarquer pour un Boat tour malheureusement écourté par ma phobie des orages. Quoi de mieux que découvrir Copenhague depuis l’eau : j’ai pu profiter de la vue sur le Diamant noir, Refen, la très Petite Sirène, le parlement danois : le palais de Christiansborg.

weekend-copenhague-6

J’avais prévu de passer l’après-midi dans le quartier de Norebro pour découvrir le parc Superkilen. Ce parc célèbre la diversité en incluant des monuments rendant hommage à plus de 60 nationalités : des poubelles d’Angleterre, des balançoires d’Irak ou des bancs du Brésil. Mais avec la pluie qui battait son plein, j’ai dû changer de programme et me diriger vers la Rundetaarn.

La Rundetaarn ou la tour ronde est le plus ancien observatoire en fonction en Europe, il offre une vue magnifique sur Copenhague. Le plus cool c’est qu’il n’y a pas d’escalier mais cela signifie que l’on parcourt environ 209 mètres pour atteindre le sommet alors que la tour ne mesure que 36 mètres de haut. Je pensais finir mon après-midi en beauté en allant voir la Petite Sirène mais je me suis rendue compte que j’avais marché pendant plus d’une demi-heure pour rien.

La Petite Sirène, inspirée par le conte de fées de Hans Christian Andersen, est vraiment toute petite et elle est généralement entourée d’une horde de touristes essayant d’obtenir le meilleur selfie. Je suis repartie un peu déçue ..

weekend-copenhague (85)

J’ai fini cette journée de visite par les Jardins de Tivoli. Tivoli est le deuxième parc d’attractions le plus ancien au monde encore en activité (177 ans) et c’est surement l’un des lieux que j’ai préféré à Copenhague, l’atmosphère est magique ! La légende raconte qu’il a inspiré les créateurs de Disneyland.

 

Jour 2

Après un petit déjeuner de reine au Halles de Torvehallerne, je me suis dirigée vers le  Jardin botanique. Situé dans le centre de Copenhague, ce jardin, qui s’étend sur 10 hectares, est un véritable havre de paix ! Il est notamment célèbre pour ses grandes serres abritant des palmiers, des cactus et des orchidées.

20190616_104148[1]

J’ai continué ma ballade vers le Château de Rosenborg. Construit en 1606 comme résidence de campagne pour le roi Christian IV, il abrite aujourd’hui, les joyaux de la couronne du Danemark, J’ai à peine eu le temps de visiter les jardins que c’était déjà l’heure d’aller chercher des souvenirs.

Une dernière promenade dans Stroget, la plus longue rue piétonne commerçante d’Europe,  pour faire le plein de souvenirs et direction l’aéroport ! J’ai pris l’habitude de rapporter de chacun des mes voyages un mug à ma sœur et un T-shirt à ma maman, si bien que si j’oublie de respecter cette tradition le rappel à  l’ordre ne se fait pas attendre !

On mange quoi à Copenhague ?

Quand je prépare un voyage, je passe énormément de temps à chercher les meilleurs spots pour bien manger (oui je suis gourmande ! ). Voyager c’est l’occasion rêvée pour découvrir les saveurs et habitudes culinaires locales.

A peine descendue de l’avion, j’ai filé dans le quartier d’Amager pour débuter mon aventure danoise par l’un des meilleurs brunchs de la ville :  Wulff & Konstali.
A la base Wulf and Konstali est une boulangerie qui propose également des brunchs. Le principe du brunch est simple, il vous suffit de choisir entre 2 formules :  5 ou 7 petits plats à choisir dans une liste alléchante composée de  pains et pâtisseries fraîchement cuits au four, des œufs, du bacon, des gaufres,  du granola, de l’avocat et bien plus encore. J’ai choisi une gaufre, de l’avocat, du saumon, des œufs brouillés et un croque-monsieur au fromage grec. C’était délicieux, les produits sont bio et frais.
PS : la formule 5 plats est largement suffisante.

Après 10km de marche, je me suis octroyée une pause gourmande bien méritée : les célèbres pølser (hot-dog) du Danemark. Il existe de nombreux stands dans toute la ville, en particulier près des stations de métro centrales telles que Nørreport ou Christiana. Ces hot-dogs font partie des classiques de la street food danoise.

Pour le dîner direction le Tivoli food Hall, un food-court, situé dans les nouvelles constructions des jardins du Tivoli, spécialisé dans les fast foods « gourmet ». Pas de diner healthy pour moi, une pizza  d’inspiration nordique chez Gorm’s, une adresse prisée par les habitants de Copenhague.

Pour le petit déjeuner du dimanche, j’ai choisi le marché couvert de Torvehallerne. Ce marché, divisé en deux halls en verre, est un mélange d’étals vendant des produits locaux comme du fromage, du vin ou du chocolat et des restaurants servant des plats danois traditionnels. Vous pourrez y déguster un porridge de chez Grød ou des sandwichs « ouverts » danois (Smørrebrød ) de chez Hallernes Smørrebrød. J’ai opté pour les Smorrebrod et des pâtisseries locales de chez Laura’s Bakery.

J’avais également noté dans ma to-do list les food hall extérieurs Reffen  et Meatpacking District mais la météo capricieuse a eu raison de ma motivation. Ce n’est que partie remise !

Les infos pratiques :

  • La monnaie : La couronne danoise 1€ est environ égal à 7,5 DKK
  • Quand aller à Copenhague : de mai à août
  • Pour y aller : Easyjet ou Transavia au départ de Nantes (2h30 de vol, billet AR à partir de 50€)
  • Partir/Se rendre à l’aéroport : Le plus économique le métro Ligne M2 jusqu’au centre-ville, station située au bout du terminal 3 (36 DKK)
  • Electricité ; pas besoin d’adaptateur, les prises électriques sont les mêmes qu’en France

Le mot de la fin ?

J’ai adoré Copenhague, son charme, ses canaux, ses ruelles pavés, ses maisons colorées, son côté « sûre », ses food halls, son nombre incroyable de cafés …
Je n’ai qu’une hâte c’est d’y retourner !

Et le coté solo dans tout ca ?

Contente et fière d’avoir réussi à sauter le pas : à force d’attendre le bon moment, la bonne personne, j’ai raté beaucoup trop de voyages ! Quand je voyage avec des amis, j’ai souvent peur de leur imposer ma to-do list, mon rythme et mes 5000 arrêts pour prendre des photos. Cette fois ci j’ai pu suivre mes envies, avancer à mon rythme.

Tout n’est pas rose non plus, je me suis sentie seule par moment, j’aurais bien aimé visité et faire des attractions avec quelqu’un dans les jardins du Tivoli. Le format weekend est idéal pour ce mode de voyage.

Farvel, Allez Salut !

 

wp-1586798782702.png

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s